Le Blog de l'ASEB

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

SERD 2018 (Semaine européenne de la réduction des déchets 2018)

La semaine européenne de la réduction des déchets 2018 aura lieu du 17 au 25 novembre 2018 au

L'ASEB y participe le 17 novembre 2018.

SERD2018-1.jpg

SERD2018.jpg

Tous nos remerciements à Carrefour Market de Brioude pour son accueil et sa participation

SERD2018-3.jpg °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Edition 2018 de la SERD

Pour l'édition 2018 de la SERD, rendez-vous du 17 au 25 novembre !

SERD2018-2.jpg

Qu'est ce qu'un déchet ? Comment peut-on éviter d'en produire autant ? Pourquoi est-ce si important ?

La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, c'est un temps fort pour répondre à ces quelques questions, pour essayer de diminuer nos déchets et de consommer mieux ! Pensez réemploi, réparation, c'est éviter que notre jean, notre tee shirt mais aussi notre chaine hifi ou notre grille pain finisse à la poubelle alors qu'après un repair café, il fonctionnera encore !

Une disco soupe, c'est un moment convivial qui permet de sensibiliser au gaspillage alimentaire qui représente, au niveau mondiale, 1/3 de la production ! Cette année, vous pourrez même aller plus loin et parler d'alimentation durable : expliquer le concept mais aussi les gestes simples à faire au quotidien pour s'alimenter de manière plus durable : consommer de saison, local, penser aux légumineuses... Une présentation de lombricomposteur, ce n'est pas seulement montrer les vers mais c'est aussi l'occasion de parler des déchets verts et de la manière de réduire, naturellement, nos déchets de cuisine et de jardin !

Toutes les actions SERD sont des moments conviviaux d'échange pour parler de prévention des déchets au sens large mais surtout pour expliquer ce concept et donner des gestes simples que nous pouvons tous faire au quotidien pour limiter notre production de déchets !

La Semaine s’adresse aussi bien aux administrations et collectivités, aux associations, qu’aux scolaires et au grand public. Tout le monde peut agir !

Pour plus de renseignements : ICI

ALTRIOM VA GAGNER EN PRODUCTIVITE ET EN SECURITE

Sur ZOOMDICI

C'est ICI


Après l'incendie de décembre, les travaux, d'une dizaine de millions d'euros vont bon train avec une réouverture fin 2018 en perspective et des améliorations de productivité et de sécurité.

On avait quitté les frères Charreyre en plein désarroi en décembre dernier, avec presque l'intégralité du bâtiment détruit et un chômage technique de plusieurs mois pour une dizaine d'employés (voir notre reportage vidéo lors de l'intervention des secours et de la venue des élus). Aujourd'hui, les travaux de déconstruction se poursuivent sur le site vellave et l'obtention d'un important marché en Inde, avec un contrat de 25 millions d'euros pour l'entreprise de Haute-Loire, cristallise l'ambition d'exporter à travers le monde une technologie brevetée et désormais éprouvée.

Impossible ni de confirmer, ni d'infirmer la piste criminelle

Les conclusions de l'enquête étaient formelles : il n'y a pas de cause accidentelle au départ du feu. L'absence d'explication technique laisse présager d'une action malveillante mais comme pour l'incendie de mai 2011 (voir notre vidéo au coeur de la nuit, entre les flammes avec les pompiers), les enquêteurs ne sont en mesure ni de confirmer, ni d'infirmer la piste criminelle. "Le problème sur une exploitation comme celle-ci", nous détaille Fabien Charreyre, co-dirigeant du groupe Vacher, "c'est que les plastiques rendent les mêmes analyses de molécule qu'un hydrocarbure, ce qui sature tous les marqueurs et ne rend pas de conclusion pertinente". L'enquête de gendarmerie se poursuit cependant.

Une dizaine de millions d'euros de travaux, dont une grande partie à la charge des assurances

La reconstruction des bâtiments est estimée à environ 2,5 millions d'euros (le contenant) et le matériel est évalué à environ 7 millions d'euros (le contenu). C'est bien cette deuxième partie qui fait la valeur de l'entreprise vellave car c'est là que reposent la technologie brevetée et il s'agit de matériel fait sur mesure, à l'instar d'une cuisine intégrée dans un foyer. Si les sommes semblent astronomiques, elles sont à relativiser car les assurances devraient prendre en charge plus des trois quarts du total, à la louche, car des négociations sont en cours.

Le calendrier des travaux et les améliorations apportées au futur Altriom

Où en sont les travaux : le calendrier sera-t-il respecté ? On profite également de ces travaux pour apporter quelques perfectionnements sur le dispositif existant ? Et aussi mieux se prémunir d'un éventuel autre incendie ?

Aller au-delà de la réglementation pour se protéger au maximum

La déconstruction du bâtiment sinistré devrait être terminée vers la fin du mois de mars et les travaux de reconstruction pourront débuter en avril. Il y a beaucoup de normes de sécurité à respecter pour ce type d'intervention, très technique, avec notamment des hommes oeuvrant à une quinzaine de mètres de haut. "On espère avoir bien avancé d'ici début juillet", explique Fabien Charreyre, "et l'objectif d'une réouverture avant la fin de l'année me paraît toujours tenable". S'il avait d'abord été question d'une période de 18 mois, il s'agit en fait de la période où l'assurance couvre la perte d'exploitation mais l'entreprise polignacoise a bon espoir de reprendre son activité plus tôt.

Une reconstruction teintée d'améliorations

L'entreprise du bassin du Puy va également profiter de ces travaux pour gommer quelques imperfections et permettre à l'équipement de gagner en productivité puisque l'outil, recalibré, va permettre de traiter 25 tonnes par heure au lieu de 20 tonnes par heure dans l'ancien dispositif, soit un gain de rentabilité loin d'être négligeable. autre nouveauté qui devrait être apportée par rapport à l'ancien modèle : un système de pesée continue, avec une pesée en tête puis des pesées à deux ou trois endroits de la chaîne : "on a de la donnée acquise en permanence, ce qui permet d'avoir des jugements sur les performances et optimiser certains procédés", analyse l'entrepreneur.

L'objectif d'une réouverture avant la fin de l'année me paraît toujours tenable"

La déconstruction du bâtiment sinistré devrait être terminée vers la fin du mois de mars et les travaux de reconstruction pourront débuter en avril. Il y a beaucoup de normes de sécurité à respecter pour ce type d'intervention, très technique, avec notamment des hommes oeuvrant à une quinzaine de mètres de haut. "On espère avoir bien avancé d'ici début juillet", explique Fabien Charreyre, "et l'objectif d'une réouverture avant la fin de l'année me paraît toujours tenable". S'il avait d'abord été question d'une période de 18 mois, il s'agit en fait de la période où l'assurance couvre la perte d'exploitation mais l'entreprise polignacoise a bon espoir de reprendre son activité plus tôt.

Maxime Pitavy


PHOTO
PHOTO
VIDEO


SICTOM ISSOIRE-BRIOUDE Les contribuables vont en profiter

BRAVO !










LA_MONTAGNE-15-03-2018-SICTOM.jpg

ASSEMBLEE GENERALE 2018

L'assemblée générale de l'ASEB s'est déroulée le vendredi 2 mars 2018 à la salle polyvalente de Saint-Beauzire.








AG2018--LaMontagne.jpeg



AG2018--LaRuche.jpeg

ASSEMBLEE GENERALE 2018

INVITATION AG le vendredi 2 mars 2018

AG-ASEB-2018.doc

- page 1 de 163